Education

AlbertaWomen.AI in action: an interview with Program Coordinator Destani Engel

On January 14, Amii held the very first session for AlbertaWomen.AI. The program, co-chaired by Bernie Kollman and Yasmin Jivraj, developed and delivered by Amii’s Education and Community teams, has one simple goal: connect women to opportunities, companies, and industries that specialize in AI and technology in Alberta.

With two sessions now complete, one hosted at Deloitte and the other at Servus Credit Union, we sat down with Program Coordinator Destani Engel to see how it’s going and what the future could hold for the program.

What is AlbertaWomen.AI?

It is a free six-month mentorship program that connects young women — primarily undergraduate students — with opportunities and organizations related to AI and technology in Alberta. 

There are nine sessions, and for each session, cohort members first visit the Amii office for a session and then travel to the office of a leading tech organization to explore how they apply AI in their business, and how women play a key role in their business practices.

How did this program come about?

We started the program for a few reasons. 

There’s a gap in knowledge and resources in the transition from school to a career in AI and technology. We found there’s no one set trajectory and thought it would be helpful to show people the different paths that others in the field have taken. We also wanted to open it up to folks across any and all programs who have an interest in AI — so not just computing science or engineering students, but also business, arts and other students who are interested in the business, ethical and/or social implications of AI. So whatever career they might be pursuing — whether it be project management, data science, product management — we want to give them a good taste of what that job might entail and what that trajectory might look like for them. 

It’s also well understood that there’s a deficit of representation for women in AI. Going to networking events, seminars or educational opportunities, you’ll often find that there’s only one or two women in the room — at most, a handful. This program makes an effort to not only help to bolster representation of women within this community but also to keep them engaged by connecting them with other women who have already started their careers, women who can give invaluable insight on navigating gender bias. We wanted to do more than just get women in the room. We wanted to provide them with real-life insight from women who are working in this industry.

What’s the first cohort like?

It’s a super-engaged, multidisciplinary group of 33 young women. When I say super-engaged, I mean it — they want to dive into the content. They don’t just want to meet industry leaders, they want to ask them specific, hard-hitting questions.

One of the questions that we asked in our application was, “if you had unlimited resources, which AI project would you want to bring to the world?” and they all had these phenomenal answers — from healthcare and climate change applications to searching for lost children using facial recognition. You can tell that this cohort is deeply interested in improving the world, in using AI for good.

What is the first cohort going to be learning in the coming months?

This cohort is interested in opportunities to meet, to network, and to ask hard questions. So at Amii, we are hosting fireside chat sessions with leading women in AI and tech, while also leaving lots of time for Q&A and networking.

At the industry partner sessions, the cohort has a short presentation about the host company, followed by a discussion of how AI impacts their business, interesting applications, and the skills and experience they look for when hiring for AI positions, as well as a profile of the women working in relevant roles. There’s also a non-trivial amount of time left for Q&A. So far, we’ve had really interesting sessions with Deloitte and Servus, and we’re looking forward to visiting other organizations such as Improbable, AltaML, Telus and IBM.

What type of programming do you hope to have in the future?

We have some ideas, but we’re really trying to take our cues from the cohort. We are creating as many opportunities as possible for folks to give us feedback, and we are developing this content based on what they need, not what we think they need. 

We also had such a large group of folks apply to the program who are Grad Students or PostDocs who are further along in their journey, so we’re going to see what kind of opportunities we can provide for them.

The first AlbertaWomen.AI program runs from January – June 2020. Sign up to learn more information about future cohorts by visiting https://www.albertawomen.ai/.

Please note: this interview has been edited and condensed for space


AlbertaWomen.AI en action : entrevue avec Destani Engel, coordinateur de programme

Le 14 janvier, Amii a tenu la première séance d’AlbertaWomen.AI. Le programme, coprésidé par Bernie Kollman et Yasmin Jivraj, est conçu et dispensé par les équipes Education et Communauté d’Amii. Il vise principalement à connecter les femmes aux possibilités, aux entreprises et aux industries dans les secteurs de l’IA et de la technologie en Alberta. 

Après deux autres séances, l’une qui s’est déroulée chez Deloitte et l’autre chez Servus Credit Union, nous avons rencontré la coordinateur Destani Engel pour faire le point sur le programme et voir ce que l’avenir lui réserve.

En quoi consiste AlbertaWomen.AI ?

Il s’agit d’un programme de mentorat gratuit de six mois qui permet à des jeunes femmes – principalement des étudiantes de premier cycle – de découvrir les possibilités et les organisations liées à l’IA et à la technologie en Alberta.

Le programme comprend neuf séances. Lors de la première, les participantes visitent les bureaux d’Amii, puis à chaque nouvelle séance, elles se rendent dans une organisation qui joue un rôle majeur en technologie. Lors de la visite, elles voient comment l’entreprise utilise l’IA dans ses activités et quel rôle clé jouent les femmes dans les pratiques d’affaires.

Comment ce programme a-t-il vu le jour ?

Nous avons démarré ce programme pour différentes raisons.

Lors de la transition entre l’école et une carrière en IA ou en technologie, les jeunes manquent de connaissances et de ressources. Nous avons constaté qu’il n’y a pas de cheminement unique et nous avons pensé qu’il serait utile de montrer aux gens les différents parcours empruntés par d’autres personnes dans le domaine. Nous voulions également offrir le programme à toutes les personnes qui s’intéressent à l’IA, quelle que soit leur discipline. Loin d’être limité aux étudiantes en informatique ou en ingénierie, il est offert aux étudiantes en commerce ou en arts de même qu’aux personnes qui s’intéressent aux répercussions commerciales, éthiques ou sociales de l’IA. Ainsi, peu importe la carrière visée, que ce soit en gestion de projet, en science des données ou en gestion de produits, nous voulons leur donner un bon aperçu de ce que ce travail peut impliquer et de ce que ce cheminement leur réserve.

Il est également bien connu qu’il y a une sous-représentation des femmes en IA. Lorsque vous assistez à des événements de réseautage, à des séminaires ou à des formations, vous constatez souvent qu’il n’y a qu’une ou deux femmes dans la salle, pas beaucoup plus. Ce programme s’efforce non seulement de renforcer la représentation des femmes au sein de la communauté d’IA, mais aussi de préserver leur motivation en les mettant en contact avec d’autres femmes qui ont déjà commencé leur carrière et qui peuvent apporter un éclairage précieux sur la manière de faire face aux préjugés sexistes. Nous ne voulions pas simplement faire entrer les femmes dans la salle, mais plutôt leur donner un aperçu de la vie réelle des femmes qui travaillent dans ce secteur.

À quoi ressemble la première cohorte ?

Il s’agit d’un groupe multidisciplinaire de 33 jeunes femmes super engagées. Quand je dis « super engagées », je ne blague pas : elles plongent littéralement dans le contenu. Elles ne veulent pas seulement rencontrer les leaders de l’industrie, elles leur posent des questions précises et percutantes.

L’une des questions de notre formulaire de candidature était la suivante : « Si vous aviez des ressources illimitées, quel projet d’IA voudriez-vous mettre en place dans le monde? » Elles ont toutes donné des réponses phénoménales, que ce soit de développer des applications en santé et sur le changement climatique ou de rechercher des enfants disparus au moyen de la reconnaissance faciale. On peut dire que cette cohorte souhaite profondément améliorer notre société en utilisant l’IA pour le bien commun.

Qu’est-ce que les participantes vont apprendre au cours des prochains mois ?

Elles sont intéressées par les possibilités que leur offre le programme de faire des rencontres, de réseauter et de poser des questions délicates. Ainsi, à l’Amii, nous organisons des conversations informelles avec des leaders féminines en IA et en technologie, en laissant amplement de temps pour les questions et réponses et le réseautage.

Lors des visites chez les partenaires industriels, la cohorte a droit à une courte présentation de l’entreprise hôte, suivie d’une discussion à propos des répercussions de l’IA sur leurs activités et des applications intéressantes. L’entreprise aborde aussi les compétences et l’expérience qu’elle recherche pour ses postes en IA, ainsi que le profil des femmes qui occupent de tels postes. Elle laisse aussi beaucoup de temps pour les questions et réponses. Jusqu’à présent, nous avons eu des séances très intéressantes avec Deloitte et Servus, et nous sommes impatients de visiter d’autres organisations comme Improbable, AltaML, Telus et IBM.

Quel type de programmation espérez-vous avoir à l’avenir ?

Nous avons quelques idées, mais nous essayons vraiment d’obtenir des suggestions de la cohorte. Nous donnons aux participantes le plus de chances possible de nous donner leur avis. Nous voulons développer le contenu en fonction de leurs besoins, et non des besoins que nous pensons qu’elles ont.

Nous avons également reçu un grand nombre de candidatures d’étudiantes diplômées et de post-doctorantes qui sont plus avancées dans leur cheminement, et nous allons voir quel genre de possibilités nous pouvons leur offrir.

Le premier programme AlbertaWomen.AI se déroule de janvier à juin 2020. Pour obtenir de l’information sur la prochaine cohorte, inscrivez-vous à www.albertawomen.ai.

Veuillez noter que cette entrevue a été éditée et condensée pour des raisons d’espace.